Non à la répression en Tunisie ! Liberté pour Hassen Ben Abdallah ! Rassemblement à Nantes mercredi 21 avril !

Appel du Collectif Nantais de Soutien aux Tunisiens de Redeyef (auquel participe Solidaires 44)

Redeyef 2008, les faits :

de janvier à juin 2008, la population du bassin minier de Gafsa, au sud ouest de Tunis, a mené une lutte massive et bien organisée qui a montré que lutter était possible en Tunisie. Elle a été déclenchée début janvier par la publication des résultats du concours d’embauche de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), l’unique moteur économique de la région. Jugeant frauduleux ces résultats, de jeunes chômeurs occupèrent alors le siège régional de la centrale syndicale à Redeyef avec les veuves des mineurs et leurs familles, qui installèrent leurs tentes devant le bâtiment. Le mouvement s’est étendu rapidement : ouvriers, chômeurs, étudiants et habitants ont multiplié à leur tour les grèves et les actions, en dépit du siège des villes par les forces de police.

Le pouvoir a répondu par une dure répression, rendant le mouvement exsangue, privé de ses leaders et de ses jeunes. Dès le début, des familles ont été brutalisées, leurs biens saccagés. Le déploiement d’unités blindées de l’armée a renforcé le siège du bassin minier durant le mois de juin. L’escalade de la violence d’État s’est manifestée par l’utilisation de balles, par la multiplication des enlèvements de jeunes pour interrogatoire et emprisonnement, et par des ratissages militaires dans les montagnes environnantes en vue de retrouver ceux qui tentaient d’échapper à la torture.

En arrêtant fin juin plusieurs dirigeants du mouvement de protestation qui touche la ville de Redeyef, en les inculpant de délits graves, en conduisant des interrogatoires musclés, le pouvoir tunisien a réussi à affaiblir radicalement la mobilisation. Quelques mesures finalement annoncées durant l’été par le pouvoir central à Tunis promettent des investissements. Mais on compte plus d’une centaine d’arrestations, des disparitions et quelques morts. Les emprisonnements et les harcèlements policiers se poursuivent dans tout le pays, même contre des avocats et des journalistes. Des immigrés qui ont participé aux manifestations de soutien en France ont aussi été interrogés, harcelés et menacés en Tunisie pendant leurs vacances estivales. A la suite de sa réélection le Président Ben Ali a libéré les prisonniers pour donner un pseudo signe de clémence.

Mais les arrestations ont repris en mars 2010.
Une véritable amnistie pour tous, voilà qui serait juste.

Hassen Ben Abdallah ( KHELIFI ), actuellement incarcéré, fait partie des diplômés qui, depuis des années, sont privés de leur droit à l’emploi. Il militait au sein du comité local et régional des diplômés chômeurs, avant d’être condamné par contumace à dix ans . Il s’est présenté de lui même à la police. Le 17 mars 2010 , le tribunal de première instance de Gafsa l’a condamné à une peine de 4 ans et 1 mois d’emprisonnement . Les avocats ont tenté de démontrer que les accusations étaient entachées de nullité et qu’Hassen Ben Abdallah n’avait fait que défendre pacifiquement son emploi dans un cadre syndical légal . Son avocat a fait appel et il sera rejugé mercredi 27 avril .

Le Comité National de Soutien aux Populations du Bassin Minier demande la clôture judiciaire définitive du dossier du bassin minier par la promulgation d’une amnistie englobant toutes les personnes qui ont été jugées , leur réintégration dans leur emploi et le développement équilibré de la région .

LE COLLECTIF NANTAIS DE SOUTIEN AUX TUNISIENS DE REDEYEF SOUTIENT CES REVENDICATIONS ET APPELLE A UN RASSEMBLEMENT MERCREDI 21 AVRIL 18 h DEVANT LA PREFECTURE DE NANTES.

Appel à tous les cheminot-e-s !


Appel de la Fédération Sud rail

Depuis bientôt deux semaines, des milliers de collègues sont en grève, notamment dans les dépôts et les Etablissements Commerciaux Trains. Leurs revendications sont celles de tous les cheminot-e-s :

Emploi, conditions de travail, arrêt de la privatisation et des restructurations (filialisation, sous-traitance, éclatement par Activités), salaires… Nous sommes tous concerné-e-s !

On ne va pas laisser nos collègues se battre, sans réagir tous ensemble !

Les revendications sont celles de tous, pas seulement des contrôleurs/ses et des agents de conduite, où le mouvement est de plus en plus fort !

Informatique, EALE, Matériel, Infra, Commercial, Administratifs, SUGE, Médicaux Sociaux, … dans tous les métiers, localement et/ou nationalement, des actions ont eu lieu ces dernières semaines : elles montrent le mécontentement et la mobilisation de tous les cheminot-e-s !

C’est le moment de frapper un grand coup !

Cette grève nationale est entrée dans sa 2ème semaine, c’est une situation qui ne se retrouve pas si souvent. Alors maintenant, soit la direction arrête de jouer les irresponsables, et négocie enfin avec les fédérations CGT et SUD-Rail qui soutiennent les grévistes, soit la grève s’étend à tous les établissements !

Tous en grève !

Renforçant le mouvement national déjà très ancré parmi les roulants (ADC et ASCT), plusieurs ateliers, triages, gares, EVEN, sont déjà en grève, d’autres ont prévu des assemblées générales dès demain…

Cet appel national à la grève de tous les cheminot-e-s, cela fait plusieurs fois ces derniers jours que nous le proposons à la fédération CGT. Nous avions des divergences sur la nature des préavis à l’origine de la grève, mais l’heure n’est plus à ces discussions !

Dans de nombreux établissements et sites ferroviaires, des tournées et permanences syndicales communes SUD-Rail et CGT sont effectuées. Sur les Régions de Paris Est, Amiens, Paris Saint Lazare, Rouen, Tours, Paris Sud Est, Montpellier, Clermont-Ferrand, Lyon, Chambéry, … les syndicats SUD-Rail et CGT appellent ensemble tous les cheminot-e- à la grève !

Ensemble, on va gagner !

Appel à tous les cheminot-e-s !


Appel de la Fédération Sud rail

Depuis bientôt deux semaines, des milliers de collègues sont en grève, notamment dans les dépôts et les Etablissements Commerciaux Trains. Leurs revendications sont celles de tous les cheminot-e-s :

Emploi, conditions de travail, arrêt de la privatisation et des restructurations (filialisation, sous-traitance, éclatement par Activités), salaires… Nous sommes tous concerné-e-s !

On ne va pas laisser nos collègues se battre, sans réagir tous ensemble !

Les revendications sont celles de tous, pas seulement des contrôleurs/ses et des agents de conduite, où le mouvement est de plus en plus fort !

Informatique, EALE, Matériel, Infra, Commercial, Administratifs, SUGE, Médicaux Sociaux, … dans tous les métiers, localement et/ou nationalement, des actions ont eu lieu ces dernières semaines : elles montrent le mécontentement et la mobilisation de tous les cheminot-e-s !

C’est le moment de frapper un grand coup !

Cette grève nationale est entrée dans sa 2ème semaine, c’est une situation qui ne se retrouve pas si souvent. Alors maintenant, soit la direction arrête de jouer les irresponsables, et négocie enfin avec les fédérations CGT et SUD-Rail qui soutiennent les grévistes, soit la grève s’étend à tous les établissements !

Tous en grève !

Renforçant le mouvement national déjà très ancré parmi les roulants (ADC et ASCT), plusieurs ateliers, triages, gares, EVEN, sont déjà en grève, d’autres ont prévu des assemblées générales dès demain…

Cet appel national à la grève de tous les cheminot-e-s, cela fait plusieurs fois ces derniers jours que nous le proposons à la fédération CGT. Nous avions des divergences sur la nature des préavis à l’origine de la grève, mais l’heure n’est plus à ces discussions !

Dans de nombreux établissements et sites ferroviaires, des tournées et permanences syndicales communes SUD-Rail et CGT sont effectuées. Sur les Régions de Paris Est, Amiens, Paris Saint Lazare, Rouen, Tours, Paris Sud Est, Montpellier, Clermont-Ferrand, Lyon, Chambéry, … les syndicats SUD-Rail et CGT appellent ensemble tous les cheminot-e- à la grève !

Ensemble, on va gagner !

L’Union Syndicale Solidaires appelle à soutenir la grève illimitée du personnel de l’usine Waterman de Saint-Herblain.

L’Union Syndicale Solidaires appelle à soutenir la grève illimitée du personnel de l’usine Waterman de Saint-Herblain.

La grève pour une augmentation uniforme de 50€ pour les ouvrier-es, les techniciens et la maitrise (sur les 480 personnes qui travaillent à l’usine, près de la moitié sont dans ces catégories) a démarré le 26 mars. Elle est majoritaire à plus de 90% à la production.

L’usine Waterman de Saint-Herblain propriété de la multinationale américaine « Newell Rubbermaid » a connu dix mois de chômage partiel à la production et des menaces de fermeture en 2009. La production d’Angleterre vient d’être délocalisée à Saint-Herblain, ce n’est donc pas le travail qui manque. Au passage, actionnaires et hauts dirigeants ont reçus dividendes et primes conséquents.

La majorité des ouvrières, elles, sont toujours payées au SMIC. Leur colère est légitime.

L’Union Syndicale Solidaires appelle toutes celles et ceux qui le peuvent à se joindre au pique-nique chaque midi devant l’usine (vente de sandwichs au profit des grévistes) et à participer aux collectes qui seront organisées

L’Union Syndicale Solidaires appelle à soutenir la grève illimitée du personnel de l’usine Waterman de Saint-Herblain.

L’Union Syndicale Solidaires appelle à soutenir la grève illimitée du personnel de l’usine Waterman de Saint-Herblain.

La grève pour une augmentation uniforme de 50€ pour les ouvrier-es, les techniciens et la maitrise (sur les 480 personnes qui travaillent à l’usine, près de la moitié sont dans ces catégories) a démarré le 26 mars. Elle est majoritaire à plus de 90% à la production.

L’usine Waterman de Saint-Herblain propriété de la multinationale américaine « Newell Rubbermaid » a connu dix mois de chômage partiel à la production et des menaces de fermeture en 2009. La production d’Angleterre vient d’être délocalisée à Saint-Herblain, ce n’est donc pas le travail qui manque. Au passage, actionnaires et hauts dirigeants ont reçus dividendes et primes conséquents.

La majorité des ouvrières, elles, sont toujours payées au SMIC. Leur colère est légitime.

L’Union Syndicale Solidaires appelle toutes celles et ceux qui le peuvent à se joindre au pique-nique chaque midi devant l’usine (vente de sandwichs au profit des grévistes) et à participer aux collectes qui seront organisées

SAH Leduc : 1500 manifestant-e-s à Ligné


A l’appel des deux syndicats de l’entreprise, CGT et CFDT, et des unions locales CGT, CFDT et Solidaires, près de 1500 personnes ont manifesté leur soutien aux salariés de la SAH Leduc samedi 10 avril à Ligné.

SAH Leduc : Solidaires appelle à manifester samedi prochain 10 avril à Ligné
Le 31 mars dernier, la Société d’Applications Hydrauliques Leduc de Ligné a été mise en redressement judiciaire. Avec à la clé une menace directe pour les emplois de ses 380 salariés.

Lors du Comité d’Entreprise, les élus du personnel se sont interrogés : « Est ce que toutes les aides et leviers ont été cherchés pour ne pas en arriver là : les élus s’interrogent. En effet, il y a une amélioration dans le carnet de commande qui à l’air de vouloir se prolonger jusqu’à l’été », sans obtenir d’autre réponse que l’affirmation par l’avocat de l’entreprise, et par presse interposée, que « le décalage entre le nombre de salariés et le chiffre d’affaires est trop important » et estimant la probabilité d’un plan social qui supprimerait le tiers des emplois !

L’Union syndicale Solidaires du Pays d’Ancenis refuse de se résigner à cette nouvelle saignée pour l’emploi industriel sur un bassin déjà particulièrement touché. Pour Solidaires, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de s’opposer à toute restructuration qui laisserait sur le carreau des dizaines de salariés et fragiliserait l’outil industriel de la troisième grande entreprise du pays d’Ancenis.

L’Union syndicale Solidaires appelle la population à participer nombreuse à la manifestation intersyndicale CGT, CFDT, Solidaires de soutien aux salariés de Leduc samedi prochain 10 avril, à 10 heures au rond point de la station service Super U de Ligné, pour soutenir l’emploi chez Leduc.

SAH Leduc : 1500 manifestant-e-s à Ligné


A l’appel des deux syndicats de l’entreprise, CGT et CFDT, et des unions locales CGT, CFDT et Solidaires, près de 1500 personnes ont manifesté leur soutien aux salariés de la SAH Leduc samedi 10 avril à Ligné.

SAH Leduc : Solidaires appelle à manifester samedi prochain 10 avril à Ligné
Le 31 mars dernier, la Société d’Applications Hydrauliques Leduc de Ligné a été mise en redressement judiciaire. Avec à la clé une menace directe pour les emplois de ses 380 salariés.

Lors du Comité d’Entreprise, les élus du personnel se sont interrogés : « Est ce que toutes les aides et leviers ont été cherchés pour ne pas en arriver là : les élus s’interrogent. En effet, il y a une amélioration dans le carnet de commande qui à l’air de vouloir se prolonger jusqu’à l’été », sans obtenir d’autre réponse que l’affirmation par l’avocat de l’entreprise, et par presse interposée, que « le décalage entre le nombre de salariés et le chiffre d’affaires est trop important » et estimant la probabilité d’un plan social qui supprimerait le tiers des emplois !

L’Union syndicale Solidaires du Pays d’Ancenis refuse de se résigner à cette nouvelle saignée pour l’emploi industriel sur un bassin déjà particulièrement touché. Pour Solidaires, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de s’opposer à toute restructuration qui laisserait sur le carreau des dizaines de salariés et fragiliserait l’outil industriel de la troisième grande entreprise du pays d’Ancenis.

L’Union syndicale Solidaires appelle la population à participer nombreuse à la manifestation intersyndicale CGT, CFDT, Solidaires de soutien aux salariés de Leduc samedi prochain 10 avril, à 10 heures au rond point de la station service Super U de Ligné, pour soutenir l’emploi chez Leduc.